Du laboratoire au marché :
lancer des innovations pour un monde meilleur !

Depuis 2012, la SATT Conectus détecte les inventions qui naissent au cœur des laboratoires de recherche publics alsaciens et investit financièrement dans leur développement technologique. Objectif : transférer ces technologies innovantes à des entreprises pour les industrialiser et les commercialiser à terme sur le marché.

Les technologies innovantes soutenues par Conectus

Développer une nouvelle thérapie contre le cancer, contrer la résistance aux antibiotiques, rendre une vitre demain « intelligente », développer un nouveau traitement d’étanchéité, imaginer un nouveau détecteur de polluants dans l’air ambiant, diagnostiquer l’heure de la mort, traiter les effets indésirables des chimiothérapies... Chaque année, une quinzaine de projets innovants portés par des chercheurs alsaciens bénéficient d’un investissement financier de Conectus (jusqu’à 500 k€ / projet) pour gagner en maturité et devenir des produits ou services innovants accessibles à tous sur le marché.

 

Dans quels domaines Conectus investit sur des projets innovants ?

Santé(1)

Technologies médicales

Chimie / Matériaux

Santé

48,5%

Robot

13,5%

Chimie

13,5%

Ingénierie(2)

Energie / Ecotechnologies

TIC(3)

Innovation

13,5%

Soleil

7,5%

Cloud computing

3%

(1) Thérapeutique et diagnostic
(2) Robotique, mécanique, électronique...
(3) Numérique, informatique...

Des résultats au rendez-vous !

102

projets innovants soutenus par Conectus depuis 2012

31,7 M€

investis par Conectus sur des projets innovants depuis 2012

330 k€

investis en moyenne par projet innovant (année 2017)

86

transferts de technologies depuis 2012

154

emplois créés depuis 2012 pour développer ces projets innovants

46 %

des projets innovants sont développés en co-conception

6 M€

de revenus issus des transferts de technologies cumulés depuis 2012

158

titres actifs de propriété intellectuelle gérés en 2017

100 %

des projets innovants ont bénéficié à des entreprises établies en France
(dont 40 % de PME)