Retour vers les projets

SEROSLA

un candidat-médicament pour le traitement de la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA)
 
La SLA est une maladie neurologique dégénérescente, hélas foudroyante, et qui mène inexorablement à une paralysie totale des muscles respiratoires, entrainant la mort à échéance 2 ans. Les médicaments existants ou en cours de développement visent seulement à atténuer les symptômes de cette maladie mais ne parviennent pas jusqu’ici à renverser son cours, ni même à le ralentir significativement.
 
Des travaux de recherche, menés par Luc Dupuis (Directeur de Recherche, INSERM U1118) et Laurent Monassier (PU-PH, Université de Strasbourg EA7296) viennent apporter un nouvel espoir de thérapie novatrice. En 2016, Luc Dupuis démontrait en effet le rôle neuro-protecteur d’une classe de molécules spécifiques. Des premières études ont permis de confirmer que ces molécules pourraient permettre de nettement ralentir la dégénérescence nerveuse associée à la SLA.
 
Hélas, cette classe de molécule présente intrinsèquement une toxicité cardiaque génératrice d’effets secondaires majeurs. Le projet  SEROSLA, soutenu financièrement par la SATT Conectus, vise donc à développer et valider une molécule analogue, nouvelle, dépourvue de toxicité cardiaque tout en conservant  sa pharmacodynamie et donc son caractère neuro-protecteur. 
 
Ce projet signe un espoir majeur pour le traitement de la SLA, mais aussi pour toutes les pathologies associées, comme par exemple la maladie de parkinson, la maladie de Huntington, ou celle d’Alzheimer  
 
 

Montant investi par la SATT : 463 K€

Durée du projet : 18 mois